Les fantômes, qui sont-ils? Partie 2 :

Publié le 4 Mai 2014

Les fantômes, qui sont-ils? Partie 2 :

Les Poltergeists

Je ne sais pour vous, mais pour moi pendant de nombreuses années, le simple fait d'entendre le mot « Poltergeist », suffisait à me donner des frissons tout le long du dos et de transformer mes jambes solides d'adolescent à vélo, en une espèce de chewing-gum sur-machouillé. Je fais partie de cette génération qui a vu, très jeune, le célèbre film de Steven Spielberg, « Poltergeist ». C'était resté longtemps pour moi LE terme qui désignait les plus méchants et les plus flippants des fantômes. Seulement voilà, une fois de plus, ça n'a rien à voir avec des revenants ! Steven, tu m'aurais menti ?

Le terme de Poltergeist nous vient de l'allemand et est dérivé de poltern "faire du bruit" et geist "esprit", que l'on résumera par "esprit frappeur". Il s'agit d'une variante de la Psychokinèse (autrement appelée, PK). C'est un phénomène physique spectaculaire qui se traduit par des déplacements d'objets, des portes qui claquent, des lampes qui s'allument et qui s'éteignent, des départs de feux, etc... Ils sont souvent liés à des jeunes femmes dans l'adolescence souffrant de troubles psychoaffectifs forts, et dont la nature introvertie, les amène à refouler leurs émotions telles que l'anxiété, la phobie, l'hystérie et parfois la schizophrénie.

Dans un cas de Poltergeist, le sujet n'est pas conscient de ses facultés et les phénomènes s'appliquent en général de manière spontanée et désordonnée. Alors qu'avec un PK, le patient a conscience de ses capacités et peut arriver à en garder le contrôle. Lorsque ces phénomènes sont maitrisés, et que les objets ne se contentent plus de bouger sur place mais de « translater » ou « léviter », on parle alors de Télékinésie.

Des cas de hantise, dans la forme, peuvent être très proche d'un poltergeist, alors comment les distinguer ?

L'intensité des manifestations est très progressive jusqu'à atteindre un pic avant de retomber doucement. Lors d'un Poltergeist ou d'un PK, les déplacements d'objets sont soudains, violents et rarement projetés sur des personnes. Le phénomène intervient sans qu'aucune autre expérience surnaturelle n'ait eu lieu auparavant. Et enfin, les PK se centrent toujours autour de la personne qui les provoque.

Alors comment s'en débarrasser ?

Au terme de son investigation, l'enquêteur, sûr de son diagnostic, tentera d'apaiser la situation en adoptant une posture détendue et rassurante. Il encouragera la famille à essayer de résoudre les facteurs déclenchants qui peuvent perturber la jeune fille sur des problèmes de cœur, de rapports familliaux complexes, etc...). Personnellement je l'encouragerais à se rapprocher d'organismes spécialisés tels que l'IMI (l'institut Métapsychique International), qui, de part sa multitude d'agents en France, saura la prendre en charge et lui apprendre à canaliser ses facultés. Dans tous les cas, les Poltergeists semblent s'atténuer d'eux même, jusqu'à s'arrêter complètement dès lors que la situation émotionnelle de la personne incriminée s'apaise et que le cap de l'adolescence est passé.

Références : Manuel du chasseur de fantômes d'Erick Fearson aux éditions JC Lattès – Le paranormal de Philippe Wallon, collection Que sais-je ?aux éditions Presses Universitaires de France. – IMI (l'institut Métapsychique International)

Agée de 14 ans, une domestique, Thérèse Selles, se retrouve témoins d'un poltergeist spontané dans la maison de ses employeurs, la famille Todeschini, à Cheragas en Algérie. Cette histoire fera la une du magazine français "La Vie Mystérieuse" en avril 1911.Agée de 14 ans, une domestique, Thérèse Selles, se retrouve témoins d'un poltergeist spontané dans la maison de ses employeurs, la famille Todeschini, à Cheragas en Algérie. Cette histoire fera la une du magazine français "La Vie Mystérieuse" en avril 1911.

Agée de 14 ans, une domestique, Thérèse Selles, se retrouve témoins d'un poltergeist spontané dans la maison de ses employeurs, la famille Todeschini, à Cheragas en Algérie. Cette histoire fera la une du magazine français "La Vie Mystérieuse" en avril 1911.

Le plus récent phénomène de poltergeist qui s'est déroulé à Enfield, dans la banlieue nord de Londres en 1977. Il sera décrit comme étant «Le poltergeist le plus intéressant jamais connu». Malgré l'aveu ultérieur par Janet (ici sur la photo) de quelques tentatives de fraudes pour tester les enquêteurs (qui les ont d'ailleurs repérées) la plupart des phénomènes semblent ne pouvoir avoir été provoqués artificiellement.Le plus récent phénomène de poltergeist qui s'est déroulé à Enfield, dans la banlieue nord de Londres en 1977. Il sera décrit comme étant «Le poltergeist le plus intéressant jamais connu». Malgré l'aveu ultérieur par Janet (ici sur la photo) de quelques tentatives de fraudes pour tester les enquêteurs (qui les ont d'ailleurs repérées) la plupart des phénomènes semblent ne pouvoir avoir été provoqués artificiellement.

Le plus récent phénomène de poltergeist qui s'est déroulé à Enfield, dans la banlieue nord de Londres en 1977. Il sera décrit comme étant «Le poltergeist le plus intéressant jamais connu». Malgré l'aveu ultérieur par Janet (ici sur la photo) de quelques tentatives de fraudes pour tester les enquêteurs (qui les ont d'ailleurs repérées) la plupart des phénomènes semblent ne pouvoir avoir été provoqués artificiellement.

Au début du XXe siècle, Franck Podomore, alors membre du comité directeur de la Society for Psychical Research d'Angleterre (Société pour la recherche psychique ou SPR), sera le premier à évoquer les causes  du poltergeist, décrit dans cette article et qu'il désignera désignée sous le nom de "naughty little girl theory" (théorie de la vilaine petite fille)Au début du XXe siècle, Franck Podomore, alors membre du comité directeur de la Society for Psychical Research d'Angleterre (Société pour la recherche psychique ou SPR), sera le premier à évoquer les causes  du poltergeist, décrit dans cette article et qu'il désignera désignée sous le nom de "naughty little girl theory" (théorie de la vilaine petite fille)

Au début du XXe siècle, Franck Podomore, alors membre du comité directeur de la Society for Psychical Research d'Angleterre (Société pour la recherche psychique ou SPR), sera le premier à évoquer les causes du poltergeist, décrit dans cette article et qu'il désignera désignée sous le nom de "naughty little girl theory" (théorie de la vilaine petite fille)

Rédigé par Chris G.

Publié dans #Hantise, #Lexique, #Récit

Repost 0
Commenter cet article